leGeantDeFer.jpg

« Le géant de fer » relate la touchante amitié d'un petit garçon et d'un robot géant venu d'une planète inconnue. Bien sûr toute la ville, puis bientôt le gouvernement et l'armée américaine vont prendre en chasse le géant et son petit ami qu'ils prennent pour les prémices d'une attaque ennemie.

geant_de_fer_1.jpg

Par le réalisateur des « Indestructibles » et de « Ratatouille », Brad Bird, ce petit bijou d’animation est une merveille d’intelligence et une leçon de tolérance. Dans le cadre de notre thématique sur les Robots, on peut rapprocher ce film au « Roi et l’oiseau » de Paul Grimault ou « du Château dans le ciel » de Hayao Miyazaki. Un robot gentil,mais qui réagit violemment à la vision des armes et peut développer de vrais pouvoirs de destruction, comme Gort, le robot du film « Le jour ou la terre s’arrêta » de Robert Wise sortie au cinéma dans les années 50. On peut aussi rapprocher la figure de ce Robot à ceux des « Transformers », qui eux aussi viennent d’un autre monde et ne sont pas construits par la main de l’homme,mais là s’arrête la comparaison. Ce film est beaucoup plus qu’un film de robot. C'est l'amitié d'un enfant nommé Hogarth et d'un homme de fer géant qui se nourrit de métal et qui peut être une vraie machine de guerre entre de mauvaises mains.

4.jpg

Film d'animation américain, "Le Géant de fer" est tout d'abord une réussite visuelle, mélange de technique classique à base de celluloïds et d'images de synthèse. Toute une ambiance "effrayante" se dégage du film, mais contrairement aux effets Disney, avec force démonstration, le film de Bard Bird, ancien consultant exécutif de la série "Les Simpsons", travaille plus au niveau des cadrages hors normes, de la musique de Michael Kamen et des bruitages... Il en découle une sensation d'être au cœur de la peur des personnages, dans cette Amérique moribonde des années 50, où le malaise s'est installé.

541_2.jpg

Au delà du film pour enfants, qui peut être "lu" à partir de 6-7 ans, le "Géant de fer" est un vrai hommage aux films SF des fifties, reprenant même la leçon humaniste du "Jour où la terre s'arrêta" de Robert Wise. Tour à tour, film d'aventures pour enfants, parcours initiatique pour le héros devant se responsabiliser en vue d'éduquer sa créature, film noir presque adulte, le "Géant de Fer" conserve une grande unité tout au long du récit. Un magnifique message d'humanisme pour cette fin de siècle.